mikan, entremet chocolat et mandarines

mikan, entremet chocolat et mandarines

mikan : signifie mandarine en japonais  みかん. En l’honneur de la saison hivernale ainsi que de la région de Yoko, nous fabriquons un dessert original. Il s’agit de deux couches de biscuit cuiller chocolat entre lesquelles nous inserons une creme citron et surmonté d’un parfait chocolat de couverture mi-amère. Nous couvrons notre entremet de mandarines fraiches que nous nappons d’un léger voile de sauce chcolat et caramel. Nous saupudrons de kinako et ajoutons une petite meringue. Tous nos desserts sont fabriqués maison ; à base de matière première de qualité. Nous tenons à ajouter que nos productions sont originales et suivent le cours des saisons Nous employons très peu de sucre et ne masquons pas le gout des ingredients. Chez YOKO nous utilisons le sucre dans nos desserts plus comme un assaisonement et reduisons les quantités au maximum acceptable. Nous pensons à la santé de nos chers clients ! O beshimi.

unagi don : anguilles et saumon

unagi don : anguilles et saumon

unagi don : Pour cette semaine précedant les fetes de fin d »année, nous vous proposons un plat spécial. Ce donburi exlusivement japonais se compose d’anguille de mer (unagi) et de saumon. Les deux poissons sont cuit avec de la sauce teriyaki maison, ce qui leur donne un gout et une couleur unique. Ce plat special fetes ne sera disponible uniquement durant cette periode. C’est un met très fin et délicat, fondant au contact des papilles. Venez deguster notre plat unique d »anguille et de saumon.

 

suki don : fondue de boeuf

suki don : fondue de boeuf

suki don : fondue japonaise de boeuf vaiante du sukiyaki (すき焼き)  ou vous pouvez cuire les ingredients que vous souhaitez (lamelles de boeuf, légumes et champignons) dans un sukiyaki-nabe (marmite en fonte pour sukiyaki) gorgé de sauce warishita, placé an centre de la table ; vous trempez ensuite vos aliments cuits dans un petit bol contenant un oeuf cru battu et dégustez en accompagnant de riz blanc.

Le suki don est une variante du sukiyaki, les meme ingrédients sont déjà cuits pour vous et servis sur du riz japonais, prenant la saveur de ceux ci, en bol donburi.

Traditionnellement il n’existait au Japon quasiment aucune coutume de consommation de viande de mammifère (du à l’arrivée du boudhisme, du végetarisme et du respect de la vie). En particulier pendant la période d’Edo, manger de la viande était considéré comme impur et tabou.

Cette nouvelle coutume se transmit par les premiers résidents occidentaux, à partir de l’ouverture du port de Yokohama en 1859.

L’apparition du « sukiyaki » est l’une des premières manifestations de cette recente culture de consommation gastronomique de viande de bœuf.

Il s’agit d’une recette comprenant essentiellement des tranches minces de viande de bœuf, grillées et cuites dans une marmite à fond plat avec des légumes, des champignons shiitake, du tôfu et quelques autres ingrédients. Ce plat est mijoté sur un foyer portatif posé une table, chacun cuisant les ingrédients de sa préference de la façon qu’il désire en les plongeant dans un oeuf cru battu avant de les déguster. Nous vous proposons la version individuelle du  « sukiyaki » avec le suki don (le suki yaki présenté dans un donburi sur un lit de riz blanc). Nous proposons ce plat uniquement pendant la saison fraiche ; alors venez découvrir et apprecier notre suki don ! O beshimi

mushin : l’esprit vide, sans pensées.

mushin : l’esprit vide, sans pensées.

mushin : Composé de deux caractères, le premier mu, 無 se traduisant par vide ou vacuité et shin 心 qui veut dire à la fois coeur et esprit. L’association des deux 無心 mushin ; est un concept important de la philosophie japonaise : « l’esprit vide », le « non-esprit ». Il est question ici d’un esprit débarassé des pensées et des tourments, de la cupidité, la colère et l’ignorance (illusion). Un coeur et un esprit exempt de peur, sans préjugés ; un esprit perçevant les choses telles qu’elles sont, qui bouge en toute liberté et simplicité… qui s’écoule comme l’eau, rien ne l’arrete ni ne l’emprisonne. l’esprit qui ne se fige pas, mushin est aussi « l’esprit libre » et « l’esprit juste ». Mushin est un concept à quoi vers tendre tout au long de la vie, c’est aussi la recherche d’état d’esprit du boudhisme zen ; l’état de conscience méditatif dans la vie de tous les jours…Bon courrage ! O besshimi.

shizen : nature, spontaneité.

shizen : nature, spontaneité.

shizen : Ce qui va de soi, se réfère à la nature, son monde (qui nous inclut) et ses lois internes. C’est aussi la spontanéité. Shizen est l’un des concepts les plus importants de la philosophie japonaise. Il est composé de deux idéogrammes, le premier 自 qui à l’origine signifiat « nez » mais fait réference à soi ; le deuxième 然 qui signifie aujourd’hui « ainsi » mais avait autrefois le sens de « bruler ». Donc shizen 自然 voulait traduire ce qui avait la capacité de prendre feu spontanément et à la part inconsciente de soi. Par extention shizen a pris le sens de « nature » quelque chose qui existe par soi meme, qui n’a rien à devoir à l’esprit ou la main de l’homme. Tout ce qui se produit de manière toujours spontanée, sans que rien ne le commande ; comme la chute des feuilles en automne ou la floraison au printemps. Sur la caligraphie que nous vous présentons vous devez regarder en commençant par la droite, les idéogrammes on ici une forme stylisée et on été réalisés d’un seul trait avec spontaneité. Les feuilles qui entourent  la caligraphie sont celles d’érables japonais et de ginko. Prenez conscience de votre part inconsciente ! Obeshimi.

Pin It on Pinterest