tiramisu au thé vert

tiramisu au thé vert

Depuis notre ouverture nous fabriquons un dessert emblematique tirant parti des qualités qu’offre le thé vert en poudre matcha.

Il s’agit de notre version du tiramisu au thé vert. Le thé vert moulu japonais se prete extremement bien au mélange de cette recette.

En effet il s’agit de lier en parfaite osmose plusieurs ingredients entre eux sans leur faire perdre la texture légère que nous souhaitons leur donner.

Tout d’abord nous devons réaliser un biscuit cuiller maison quyi viendre s’intercaler entre les diférentes couches de tiramisu. l’appareil tiramisu au thé vert à proprement parler comporte un mélange de cinq ingredients qui sonts : une pate à bombe, de la creme montée, du mascarpone, des blancs en neige et pour finir une émulsion de matcha.

Tous ces produits doivent etre harmonieusement travaillés et mélangés afin de pouvoir conserver la structure aerienne de notre version de ce dessert.

Nous sommes fiers d’utiliser uniquement des produits de base naturels et de qualité dans notre atelier : oeufs, farine, creme, thé vert de Shizuoka et du sucre le plus parçimonieusement possible !

O beshimi.

TAKO YAKI たこ焼き

TAKO YAKI たこ焼き

Cette semaine les TAKO YAKI (たこ焼き) maison sont disponibles au restaurant YOKO !

Du poulpe de méditerranée enrobé de pâte à crêpe et sa sauce onctueuse saupoudrés de copeaux de bonite séchée, d’algue nori et de cébette.

barquette de 9 pièces : 12 euros

venez goûter et vous régaler !

O beshimi.

matcha 抹茶 : thé en poudre

matcha 抹茶 : thé en poudre

Le matcha est une poudre de thé vert très fine qui a été broyée dans une meule de pierre.

Sa production débute en recouvrant les theiers d’un voile aéré qui protège les nouvelles pousses de la lumière directe du soleil.

Ceci ralentit la croissance des feuilles et les enrichi en acides aminés qui adoucient le gout du thé qui convient au palais japonais en opposition aux feuilles fermentées.

Après la récolte les feuilles sont dépliées pour le séchage, elles vont s’emmieter ce qui servira de base pour moudre la matcha. Le résultat obtenu developpe un arome plus profond et plus doux que le thé vert récolté plus tardivement, n’ayant pas bénefiçié du meme traitement pré et post récolte.

L’histoire du matcha a débutée en Chine , la préparation et la consommation de ce thé a été développée par les bouddhistes chan qui le buvaient dans un bol commun.

Le moine bouddhiste japonais Essai partit etudier en Chine, se sentant fatigué par la pratique et remarquant que ses hotes étaient relativement frais et dispos, il compris l’utilité du thé dans la vie monastique quotidienne.

Lors de son retour, Essai ramena des textes et fondements puis mis en pratique l’enseignement du bouddhisme zen. Il importat en supplement des plants de théiers ainsi que la réalisation du matcha pour soutenir son nouvel enseignement.

Par la suite le matcha fut oublié en Chine mais prolifera au Japon. Au 16ème siècle le maitre de thé Sen no Rikyu constitua les fondements du « cha no yu » dont le « sado » est la manifestation contemporaine ; et preçisa que le matcha était le thé à utiliser pour celle ci.

De nos jours les vertus alimentaires du matcha suscitent un vif interet, en effet de par sa faible contenance en catechines et sont taux de théanine elevé il est très riche en anti oxydants.

Sa préparation necessitant la protection des jeunes pousses du soleil, son séchage à plat, son passage dans diverses meules pour le moudre en font l’un des thés les plus chers du marché.

O beshimi.

sado 茶道 : céremonie du thé

sado 茶道 : céremonie du thé

De nos jours la céremonie du thé au Japon est souvent considérée comme quelque chose que les jeunes filles apprenent pour se preparer au mariageou une opportunité d’échange social rafinée.

Dans le passé c’était un passe temps pratiqué par de féroces guerriers, laissant derrière eux les scènes de carnage perpétrées sur les champs de bataille ; déposant leur armure, sabres et lances puis se courbant pour pouvoir se glisser par la porte étroite de la chambre de thé.

Percevant le léger parfum à l’interieur, ils ressentaient jusqu’a leur moindre pore de peau la douce joie d’etre encore en vie.

Il est présentement difficile d’imaginer leurs sentiments, mais les ustensiles qu’ils ont utilisé et aimé sont toujours disponibles.

Le plus important de ceux ci était le chawan (bol à thé). Une personne qui apprecie les bols pour le thé comprends la voie du thé.

Le grand maitre Rikyu a énnonçé qu’il était suffisant de simplement trouver agreable de boire du thé mais un bol à thé est nécessaire pour prendre ce plaisir. Sa beauté attire le regard, son poids et sa texture une fois en main, les lèvres éffleurant son bord rehausse la saveur du thé et calme le coeur.

WAKEI SEIJAKU 和敬清寂 : harmonie, respect, quietude et solitude est un mot qui transmet fidèlement l’esprit de la céremonie du thé.

Le bol et les ustensiles rendent cet esprit visible. Les outils pour le thé sont utilisés par des personnes, des specialistes peuvent deviner la personnalité d’un sujet en simplement regardant et soupesant le bol qui lui appartient, ne se trompant que rarement.

C’est probablement pourquoi les chefs de clans de l’ancien Japon on rivalisé très serieusement pour détenir certains objets de céremonie du thé.

Il est meme une histoire mentionnant qu’un loyal serviteur a été recompensé de ses services par un bol à thé d’une grande rareté à la place d’une province entière !

Certains guerriers étaient plus perceptifs que d’autres dans l’évaluation de la vraie valeur d’ustensiles à thé parmi d’autres mais se sont toujours senti honorés d’en detenir.

La céremonie du thé est un condensé, une version esthetique de la vie ordinaire. Elle s’est épanouie dans une periode de guerres internes incessantes, emmergeant alors que les belligerants passaient tout leur temps à se battre, ayant perdu l’opportunité d’une vie heureuse et tranquile.

L’expression ICHIGO ICHIE 一期一会 : une seule fois dans une vie est aujourd’hui galvaudée mais avait une signification poignante pour les combattants des périodes passées. Meme maintenant personne ne peut dire s’il sera en vie demain, dans notre periode de paix nous sommes presque sur du lendemain et ne sentons pas le besoin de lutter pour ne pas perdre la vie et nous offrir un futur…

Cependant nous pouvons combattre d’une manière serieuse en repoussant l’orgueil, l’arrogance, la vanité, la fatuité et autres émotions inutiles. En plaçant plus d’importance sur le présent sur le présent qui ne reviendra jamais il est posible d’entretenir des relations idéales avec les autres.

C’est actuellement l’un des véritables objets de la céremonie du thé.

En géneral les pratiques comme les arts classiques incluant la poesie, le noh, la danse japonaise se sont durcis en un style rigide suite à une periode créative initiale. Ces formes (kata) sont devennues la norme. C’est probablement nécessaire ppour développer une pratique, mais il faut garder à l’esprit que se ne sont que des formes servant d’appui à une significatiuon plus large…

La céremonie du thé tire sont origine de la vie d’hetres humains ordinaires. Si l’esprit du fondateur n’est pas infusé dans la forme et incorporé dans le corps du pratiquant ; le style et la forme seront improductifs.

O beshimi.

curry udon カレーうどん

curry udon カレーうどん

curry udon カレーうどん : Voici une version ou l’on a remplaçé le riz par les nouilles de blé udon !

Nous utilisons des nouilles de blé épaisses qui sont mijotées dans le bouillon au curry (nikomi).

Notre bouillon de curry a été préalablement mis à fremir avec des légumes et le curry japonais est plus doux

et plus épais que la version indienne.

Nous servons nos udon au curry avec du poulet jaune éminçé, des poireaux, du radis blanc, des cébettes ainsi

que des feuilles de mizuna.

Les nouilles glissent toutes seules au fond de la gorge !

absolument delicieux !

O beshimi.

Pin It on Pinterest